La Méditation selon le yoga du son

Mis à jour : 15 déc. 2020

Aujourd'hui je te partage un article écrit par ma copine (et collègue) Hélène Scharr qui est énergéticienne et prof de yoga du son et de méditation.

je l'ai invitée à écrire cet article pour qu'elle te partage son expertise sur le sujet.

Pour en savoir plus sur elle c'est par ici:

Site

Facebook

Je te laisse découvrir Hélène à travers ces propres mots...





La méditation, c’est quoi?


C’est un état de “non conscience“ un moment hors du temps, non descriptible ou explicable réellement… On est, tout simplement. C’est un moment où l’on est plus rien et tout à la fois, et si par malheur, au moment où l’on rentre en méditation, on se dit “oh chouette trop bien, j’ai réussi“: paf! Retour à la réalité !


Il n’existe pas de méthode pour méditer mais pour atteindre l’état méditatif. Elles sont nombreuses et toutes aussi valables : il faut simplement trouver celle qui vous convient.


Comment je fais ?


Pour moi c’est une combinaison de plusieurs facteurs; le déroulé de mes séances se fait selon celles du yoga du son, que j’enseigne, et que j’adapte selon le temps que j’ai:

D’abord, j’ai besoin de me mettre, ainsi que mon espace, en conditions. Pas d’écrans, pas de téléphone ni même de musique. J’ai besoin d’un endroit calme, où il fait bon (ni trop chaud, ni trop froid), une tenue confortable, un tapis et un coussin de méditation. Un plaid aussi parfois. Une tenue souple et confortable.

Ensuite, il y a l’ambiance : une bougie, des huiles essentielles (boisées ou plus aériennes ; parfois des synergies selon l’humeur du jour), une pierre si l’une m’appelle.

En fonction du temps que j’ai, je vais me détendre et me centrer sur ma respiration ; puis enchainer quelques postures de yoga avec des sons (généralement des voyelles) pour détendre mon corps et me mettre en conditions, purifier et énergiser.

L’enjeux est ensuite de faire lâcher le mental ; vous savez, celui qui vous rappelle la liste des courses ou ce que vous allez faire à manger plus tard… bref, les pensées parasites. Pour ça, rien de mieux que les postures inversées.

Et ensuite, j’introduis le mantra que j’ai choisi avant la séance. Je le chante et je lui fais prendre de la puissance avec des mouvements proches du Qi Gong si besoin ; petit à petit, le chant se fait plus doux, les gestes s’arrêtent, puis le mantra est murmuré puis soufflé.

Enfin, je le chante dans ma tête, je le laisse m’envahir. Si jamais la séance s’est déroulée sans accros, si toutes les conditions sont réunies: je pars en méditation. Parfois non. Ce n’est pas systématique.

Mais j’ai pris du temps pour moi et c’est déjà beaucoup.

Et avec la pratique, la méditation vient plus facilement et dure plus longtemps.


Et à part ça ?


Ce que je vous décris ici est ma méthode préférée. J’ai parfois moins de temps alors c’est plus un travail de respiration et de laisser passer les pensées sans se fixer dessus. Jusqu’au calme intérieur. Ça peut être aussi simplement un voyage olfactif: j’applique une huile essentielle sur la paume des mains avant de les placer en masque près de mon visage et respirer, ou je la diffuse, et je se laisse transporter par son odeur, ses vibrations (toutes les huiles ne sont pas de qualité égales, personnellement, je n’utilise plus que les DoTerra; trouvez celles qui vous conviennent).


Le yoga du son se prête bien à la méditation de groupe : pratiquer ensemble nous porte, nous soutien et facilite les choses.


Pour d’autres, ce seront les méditations guidées avec visualisations et/ou musique qui seront plus efficaces ; pour d’autres encore, ça sera la pleine conscience (qui est pour moi autre chose). Chacun.e doit chercher ce qui lui convient le mieux et l’amène à l’état désiré.



J'espère que l'article d'Hélène t'as plut! Si tu as des questions poses où que tu veux partager ton expérience laisse un commentaire sous cet article!


A bientôt!


Julie

44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout